couv30484416

Résumé :

Jamais Cecilia n’aurait dû lire cette lettre trouvée par hasard dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort ». La curiosité est trop forte, elle l’ouvre et le temps s’arrête... John-Paul y confesse une faute terrible dont la révélation pourrait détruire non seulement leur famille mais la vie de quelques autres. À la fois folle de colère et dévastée par ce qu’elle vient d’apprendre, Cecilia ne sait que faire : si elle se tait, la vérité va
la ronger, si elle parle, ceux qu’elle aime souffriront.

Mon avis :

J’ai lu Le secret du mari dans le cadre de la Lecture Commune organisée par Du calme Lucette sur LA.

Pas facile de chroniquer ce récit sans trop en dévoiler. C’est une histoire de destins qui s’entrecroisent, d’effets papillon. Et si, et si…???

Comme beaucoup de lecteurs, j’ai trouvé l’ambiance très “Desperate Housewives” dès les premières pages. Le décor ainsi planté convient parfaitement à l’histoire qui se situe  à Sidney au sein d’une petite communauté où chacun semble plus ou moins se connaitre depuis deux générations.  Les personnages principaux sont trois femmes attachantes; Cécilia, Rachel et Tess .

Au début du récit, chacune apprendra un fait indépendant de sa volonté qui va bouleverser sa propre vie. Le lecteur partagera leurs pensées pendant sept jours.

Cécilia, quadra ultra dynamique et positive, habituée à gérer à la perfection le quotidien de sa petite famille, découvrira par hasard la fameuse lettre dont il est question dans le résumé. Ce personnage haut en couleur m’a beaucoup fait sourire par ses propos. Pourtant elle devra faire face à un terrible dilemme!

Parallèlement Rachel est effondrée d’apprendre que son petit-fils va partir avec ses parents à l’autre bout du monde. Sa naissance lui avait redonné goût à la vie depuis le terrible drame qui l’avait anéantie vingt-huit ans plus tôt.

Tess, quant à elle, revient séjourner chez sa mère avec son fils pour faire le point sur sa vie conjugale suite à l’aveu que vient de lui faire son mari.

Rien ne semble lier ces trois personnages si ce n’est d’avoir vécu dans le même quartier. Et pourtant pendant une semaine leurs chemins ne vont cesser de se croiser.

Si pendant une bonne partie du récit le ton est léger et amusant, au fil des pages l’ambiance devient plus grave, beaucoup plus grave…

Une lecture qui se dévore littéralement. L’épilogue ne doit surtout pas être zappé!

 

gourma16