PicMonkey Collage

Résumé :

Au printemps 1938, l'Autriche n'est plus un havre de paix pour les juifs. Elise Landau, jeune fille de la bourgeoisie viennoise, est contrainte à l'exil. Elle ne sait rien de l'Angleterre, si ce n'est qu'elle ne s'y plaira pas. Tandis que sa famille attend un improbable visa pour l'Amérique, elle devient domestique dans une grande propriété du Dorset, c'est elle désormais qui polit l'argenterie et sert à table. Au début, tout lui paraît étranger. Elle se fait discrète, dissimule les perles de sa mère sous son uniforme, tait l'humiliation du racisme, du déclassement, l'inquiétude pour les siens et ne parle pas du manuscrit que son père, écrivain de renom, a caché dans son alto.
Mais la guerre gronde, le monde change et Elise l'insouciante est forcée de changer à son tour. Elle s'attache aux lieux, s'ouvre aux autres, se fait aimer et provoque même un scandale en dansant avec le fils du maître des lieux lors d'une soirée inoubliable au manoir. Il y a quelque chose d'enchanteur à Tyneford. Elise y apprendra qu'on peut vivre plus d'une vie et que l'on peut aimer plus d'une fois.

Mon avis :

J’ai trouvé l’histoire et les personnages très attachants. L’exil d’Elise brise le coeur. Cette jeune fille fera preuve de beaucoup de courage en arrivant en Angleterre. Dans son malheur elle aura la chance d’être accueillie par des gens biens. Mais comment se reconstruire lorsque l’on est déracinée et loin des siens? Ce roman rappelle l’horreur et la cruauté des guerres envers les innocents.

A travers le destin d’Elise, nous vivons celui de Tyneford et de tous ses habitants. L’auteur décrit bien son déclin et l’impuissance de ses propriétaires face aux autorités en temps de guerre. On s’attache aux lieux et personnages car la plume de l’auteur les rend tellement vrais et vivants. La simplicité du maître des lieux le rend sympathique. J’ai trouvé intéressant de vivre l’histoire dans les coulisses du manoir aux côté des domestiques. En découvrant ce côté là, Elise réalise l’écart entre les deux mondes. Elle qui évoluait dans la bourgeoisie viennoise se retrouvera à récurer, dépoussiérer ce manoir et servir ses employeurs… Elle découvrira le dur labeur des domestiques et du peu de liberté dont ils disposaient.

Ce récit est d’autant plus touchant quand nous apprenons, qu’il est inspiré de faits réels.

J’ai été happée par l’histoire. Je recommande cette romance si joliment écrite.

Un coup de coeur!

dxfd3o