couv54521860

Le Braconnier du lac perdu

De Peter May

Editions Babel noir (2014)

362 pages

 

 

 

 

 

 


 

Synopsis

 

Depuis qu'il a quitté la police, Fin Macleod vit sur son île natale des Hébrides, à l'ouest de l'Écosse. Engagé pour pourchasser les braconniers qui pillent les eaux sauvages des domaines de pêche, il retrouve Whistler, son ami de jeunesse. Le plus brillant des enfants de Lewis. Le plus loyal aussi qui, par deux fois, lui a sauvé la vie. Promis au plus bel avenir, il a pourtant refusé de quitter l'île où il vit aujourd'hui comme un vagabond ; sauvage, asocial, privé de la garde de sa fille unique. Et d'entre tous, il est le plus redoutable des braconniers. Quand Fin se voit contraint de le traquer, Whistler, de nouveau, l'arrache à la mort et le conduit jusqu'à un lac qui abrite depuis dix-sept années l'épave d'un avion. L'appareil, que tous croyaient abîmé en mer, recèle le corps d'un homme, assassiné.

Dans sa quête pour résoudre l'énigme, Fin opère un retour vers le passé qui le confronte aux trois femmes qui ont marqué sa vie : Marsaili qui a hanté toute son existence, Mairead à la voix pure qui a envoûté ses premières années d'homme, Mona dont l'a séparé pour toujours la mort tragique de leur fils.

Opus final de la trilogie de Lewis, Le Braconnier du lac perdu en est aussi le plus apocalyptique. Alors que resurgissent les démons enfouis et que les insulaires affrontent une nature dévastatrice, l'heure des comptes a sonné et les damnés viennent réclamer leur lot de victimes.

Mon avis 
Tout d'abord je dois avouer ne pas avoir encore lu "L'homme de Lewis" (pas dispo à la biblio). Mais le premier tome m'avait tellement plu...
Ravie de retrouver l'ïle de Lewis, son climat particulier avec ses personnages atypiques et son atmosphère chargée de mystères.  Je me suis vite replongée dans l'histoire de Fin MacLeod.
Dans ce troisième volet, nous le découvrons toujours empreint de doutes et de nostalgie. Il a quitté la police et se retrouve confronté à quelques dilemnes dans ses nouvelles fonctions.
La macabre découverte qu'il fera en compagnie de son ami Whistler va le replonger dans son passé d'adolescent et de jeune adulte.  
De ce fait, comme dans le premier tome, l'histoire est rythmée par beaucoup d'allées et venues dans le temps, mais à aucun moment je n'ai été perdue. Peter May a ce talent c'est indéniable! Tout comme il laisse le narrateur donner la parole à Fin lorsque celui-ci raconte son passé sans que cela ne gène le lecteur.
J'ai beaucoup aimé les différents portraits psychologiques brossés par l'auteur et bien sûr son savoir faire lorsqu'il s'agit de décrire cette île des Hébrides. 
Bref  Je lirai le deuxième tome sans tarder même si j'en connais déjà l'issue. Juste pour le plaisir de retourner sur l'île...